Article

Monthly Archive for juin, 2013

Questions à : Samad Benalla, médecin sexologue, coach personnel

«La peur du divorce est toujours là»

On observe une tendance chez la nouvelle génération de femmes à vouloir sauver le mariage à tout prix, à l’image de nos grands-mères. Comment expliquer ce phénomène ?
Cela dépend de la situation géographique et de la situation économique. Une femme mariée de Casablanca n’est pas la même que la femme d’un village par exemple. Les femmes urbaines sont aujourd’hui plus autonomes et auront tendance à réagir plus aisément lors d’une confrontation conjugale ou d’un éventuel divorce. Le souci des femmes analphabètes, des villageoises ou celles des quartiers défavorisés est économique. Une femme qui dépend financièrement de son mari ne peut pas envisager de le quitter et va supporter les conflits. Il y a certes un retour aux traditions, mais l’époque de nos grands-parents est bien loin puisque beaucoup de choses ont évolué et la culture du respect et de la patience n’est plus d’actualité.

Est-ce que le statut de la femme divorcée a évolué au Maroc ?
La peur du divorce est toujours là malgré un changement du Code de la famille qui a fait évoluer les choses. Cependant, le Code est toujours mal compris et les couples avant de signer les papiers de mariage doivent se renseigner pour éviter toute complication par la suite.

Libé : Qui est Samad Doc que les jeunes écoutent chaque soir sur les antennes de Hit Radio ?Samad Benalla : Je suis quelqu’un de  simple. J’ai fait mes études à la Faculté de médecine de Rabat. Ensuite, je suis allé à Bruxelles  où j’ai poursuivi  des études   en santé publique. Plus tard,   je suis allé à  Oxford university  où j’ai approfondi mes connaissances sur les  approches psychologiques, la psychothérapie et la sexologie.   Je suis l’enfant unique d’un papa marocain et d’une maman libanaise. J’ai eu une enfance un peu difficile et une adolescence beaucoup plus difficile mais par la suite une vie d’adulte assez épanouie.

Est-ce que vous êtes satisfait de ce que vous avez réalisé ?

Pas vraiment, surtout quand je reçois  des appels chaque soir pour parler de la violence à l’égard de la femme ou pour me dire qu’une personne a été violée, ou encore me dire qu’on a une certaine orientation sexuelle différente par rapport à l’autre.Je ne suis pas encore satisfait de mes réalisations parce que je me dis qu’il y a toujours un long  chemin à faire et surtout au niveau des infections sexuellement transmissibles parce qu’on a une recrudescence et une  propagation très importante de ces maladies au Maroc. Je sens que j’ai encore beaucoup de travail à faire pour pouvoir combattre ce fléau.

Un reportage de Léa-Lisa Westerhoff, à Casablanca, au Maroc 

Hit radio © Léa-Lisa Westerhoff - 2012

Hit radio est une station marocaine créée en 2006 qui s’adresse exclusivement aux jeunes. Parmi ses programmes phares, l’émission « On t’écoute ».

Deux heures de libre antenne pour parler de tout et surtout de psychologie, d’amour et de sexualité.

Car dans un pays musulman conservateur comme le Maroc, beaucoup de jeunes ont du mal à obtenir des réponses à leurs questions.

 

Il est un peu plus 22 heures : c’est le début de l’émission pour Djibril et Docteur Samad. Pendant deux heures, ils vont répondre à des dizaines d’appels et un maximum de questions. Ce soir-là, 1.069 mails attendent une réponse du sexologue Samad Benalla. Une avalanche qui révèle le désarroi des jeunes Marocains dès qu’il est question de sexualité.

http://www.youtube.com/watch?v=0rSBNDlOqas