«La peur du divorce est toujours là» – Questions à : Samad Benalla, médecin sexologue, coach personnel

18 juin 2013 by DocSamad

Questions à : Samad Benalla, médecin sexologue, coach personnel

«La peur du divorce est toujours là»

On observe une tendance chez la nouvelle génération de femmes à vouloir sauver le mariage à tout prix, à l’image de nos grands-mères. Comment expliquer ce phénomène ?
Cela dépend de la situation géographique et de la situation économique. Une femme mariée de Casablanca n’est pas la même que la femme d’un village par exemple. Les femmes urbaines sont aujourd’hui plus autonomes et auront tendance à réagir plus aisément lors d’une confrontation conjugale ou d’un éventuel divorce. Le souci des femmes analphabètes, des villageoises ou celles des quartiers défavorisés est économique. Une femme qui dépend financièrement de son mari ne peut pas envisager de le quitter et va supporter les conflits. Il y a certes un retour aux traditions, mais l’époque de nos grands-parents est bien loin puisque beaucoup de choses ont évolué et la culture du respect et de la patience n’est plus d’actualité.

Est-ce que le statut de la femme divorcée a évolué au Maroc ?
La peur du divorce est toujours là malgré un changement du Code de la famille qui a fait évoluer les choses. Cependant, le Code est toujours mal compris et les couples avant de signer les papiers de mariage doivent se renseigner pour éviter toute complication par la suite.

Quelles sont les principales raisons qui poussent une femme à quitter le nid conjugal ?
La femme est prédisposée à être impulsive, d’un point de vue biologique et hormonal. Quand quelque chose ne va pas ou quand elle ressent le conflit, elle aura tendance à communiquer verbalement ou non verbalement. D’après une étude sociologique, les deux principales causes de conflits dans un couple sont les problèmes relationnels comme la jalousie et la tromperie, et les problèmes d’argent.

Comment peut-on sauver son couple ?
Il y a dix commandements à suivre : communiquer en sortant des conversations banales, s’adapter l’un à l’autre en faisant des concessions, être généreux dans le couple en n’hésitant pas avec les petites attentions, instaurer le respect qui est très important, se comporter avec le partenaire comme ce qu’on aimerait qu’on se comporte avec nous, être disponible pour l’autre, entretenir la séduction et la confiance, se projeter dans l’avenir, laisser une marge d’autonomie à l’autre pour qu’il n’ait pas le sentiment d’étouffer et surtout ne pas hésiter à consulter ou avoir recours à la thérapie de couple.

Publié le : 30 Mars 2012 – Jihane Bougrine, LE MATINSource : http://www.lematin.ma/journal/-/164638.html

Laisser un commentaire

Current day month ye@r *