SexExpress

Signes d’adolescence

Je suis une adolescente, je suis attirée par les garçons, qu’est ce qui m’arrive?

L’adolescence est la période de la vie comprise entre l’enfance et l’âge adulte. L’adolescence débute à la puberté, c’est-à-dire vers 11 ans chez la fille et 13-15 ans chez le garçon, et s’accompagne de nombreuses transformations aux plans biologique, social, psychologique et intellectuel. La puberté entraîne une profonde transformation corporelle sous l’influence des hormones sexuelles. Ces modifications corporelles obligent l’enfant à élaborer une nouvelle identité, sociale et sexuelle. La fille devient femme, les règles arrivent, le corps change. Le regard des autres aussi. Ces modifications peuvent entraîner anxiété, insatisfaction de l’image du corps, des peurs de ce monde d’adulte, et des interrogations sur la vie.aussi La sexualité adolescente est une sexualité d’apprentissage. La plupart des adolescents et préadolescents ont de nombreuses questions au sujet de sexe et de la sexualité. C’est normal et naturel, comme c’est normal de se sentir timide ou embarrassé de poser des questions relatives aux sujets touchant l’intime.et Le comportement sexuel est en rapport avec le développement sexuel, et les implications de ce comportement sexuel sur la santé de l’enfant sont sérieuses et parfois graves

Mes seins grossissent mais il y’ a un qui est plus gros que l’autre, est ce que je suis anormale?

Rassurez-vous, c’est tout à fait normal, d’abord notre corps est asymétriques, la femme a toujours un sein plus haut ou bas par rapport à l’autre, tu es en période de la puberté . mais observe bien ton corps et tu constatera qu’à quelques milimètres prets,chaque partie du coté droit est plus ou moins grandes que celle du coté gauche ou inversément.si tu es droitière,tous tes actes commencent par les membres du coté droit( la marche,lorsque tu mange , lorsque tu portes une charge etc) à ce moment là ,c’est donc ce coté qui travaille le plus,ses muscles se developpent donc plus ,d’où le sein plus gros,ou le pieds meme. si tu es gauchère c’est exactement la meme chose

Lorsque mon ami est avec moi, il est en érection, est-il normal?

Le phénomène de l’érection est orchestré par le cerveau. Lors de l’excitation sexuelle (par la vue, le toucher, l’odeur, le son), des signaux de stimulation sexuelle apparaissent dans le cerveau. Ces signaux descendent jusqu’à la verge en passant par la moelle épinière, puis les nerfs érecteurs. Ces nerfs sont directement Lié aux artéres et aux corps caverneaux du pénis Sous l’effet de ces signaux, les corps spongieux du pénis, situés sur la partie inférieure, se gorgent de sang tout comme les 2 cylindres de corps caverneux qui, chacun traversé par une artère profonde, assurent la rigidité de l’érection. Le reflux du sang est bloqué par la contraction des muscles situés à la base du pénis.Les muscles du périnée jouent également un rôle dans arrimant solidement la verge à l’abdomen.

Depuis quelques mois, la nuit je mouille mes draps et au matin j’ai le sexe dur, comment faire pour que cela cesse? Puis-je le contrôler?

« le besoin d’éjaculer que tu évoques est nécessairement rapproché à un besoin libidineux fort si tu ne l’as pas soulagé avant de t’endormir, il est fort probable que cette pression libidineuse qui te traverse en cet instant influence de façon directe tes rêves, et mène ainsi à ce rêve de rapport ponctué ( ou non ) par une éjaculation, tout dépend bien sûr de l’intensité et dans un second temps, oui le rêve peut susciter l’éjaculation, et ceci de n’importe quelle manière, car il n’y a pas nécessairement besoin de rêver de choses sexuelles pour subir une éjaculation nocturne, tout est dans le rapport physiologique qu’entretient ton corps avec cette phase de sommeil, il va être palpité d’une certaine manière que cela va se répercuter sur ton appareil génital. tout cela peut s’expliquer scientifiquement.  »

Cycle menstruel

Qu’est ce qui explique l’irrégularité de mes règles?

Les règles sont souvent irrégulières au cours de l’adolescence. Elles peuvent être avancées, le cycle étant alors plus court ou retardées, le cycle est alors plus long. C’est un phénomène fréquent et peu inquiétant dans les années qui suivent la puberté. À l’adolescence, avoir des règles irrégulières n’a rien d’anormal puisqu’il faut parfois 1 à 2 ans pour que les règles soient régulières. Mais ce qui se passe aussi, c’est qu’une adolescente aux règles irrégulières peut très bien tomber enceinte à la suite d’un rapport sexuel. C’est pourquoi, en cas de rapport sexuel sans contraception comme la pilule , ou les préservatif , des règles qui ne viennent pas à l’heure doivent obligatoirement inquiéter : en fait de règles irrégulières, il s’agit alors d’un retard de règles. Dans le cas contraire (absence de rapport sexuels, ou contraception efficace), inutile de s’inquiéter avant deux ou trois mois. La disparition des règles sur une courte période n’est ni nocive ni inquiétante. Les règles, via les hormones, sont sous la dépendance indirecte du cerveau : un déménagement, un voyage, un décalage horaire, un choc psychologique, un stress important, voire une simple contrariété, tout cela peut retarder leur apparition. L’irrégularité des règles se juge donc sur la durée. On considère que les règles sont irrégulières lorsque l’espacement entre les règles excède plus de 6 à 8 semaines. Au delà de 3 mois, il s’agit d’une aménorrhée

Les règles sont-elles douloureuses?

« Les douleurs de règles sont connues de plus de 50% des femmes, bien souvent négligées elles sont pourtant très douloureuses et envahissantes : des douleurs irradiants le bas du ventre, le bas du dos et parfois l’intérieur des cuisses, des nausées, des vomissements, des vertiges et maux de tête, les règles en deviennent redoutées ! Mine de rien ces douleurs également appelées dysménorrhées sont responsables chez les femmes en souffrant, d’un handicape important puisque, chaque mois, cela recommence il faut rester allonger à la maison, donc pas d’école, pas de travail, et pas de loisir… Cela devient vite difficile à vivre En réalité il n’y a pas de traitement permettant de les supprimer une bonne foi pour toutes, mais il y a quelques petites astuces à connaître apaisant les douleurs et permettant de vivre la période des règles plus sereinement. Pour ce qui est du traitement, il se réduit à la prise de comprimés anti-inflammatoires, anti-spasmodiques ou analgésiques permettant d’inhiber les contractions de l’utérus et de soulager les douleurs. Pourtant ces comprimés ne sont pas anodins, pris régulièrement ils abîment l’estomac, de plus le corps fini par s’y habituer, les comprimés n’ont donc plus autant d’effet et il faut en prendre plus : votre estomac ne vous le pardonnera pas.comme Certains médecins préconisent la prise de la pilule contraceptive pour lutter contre la dysménorrhée, et il est vrai que la pilule peut, chez certaines femmes, atténuer considérablement les douleurs de règles, malheureusement cela ne fonctionne pas pour toutes Mais avant de vous précipitez sur ces comprimés en tout genre, qui, il faut l’avouer sont parfois la seule chance de salut face à des douleurs insupportables, peuvent parfois être évités, ou pris en moindre quantité , Tout d’abord il a été prouvé que pratiquer un sport régulièrement pouvait, à terme, atténuer fortement les douleurs de règles, nous ne parlons pas forcément de footing ou autre sport rimant avec souffrance, mais de simples exercices alliants étirements et assouplissements, pratiqués régulièrement et, pourquoi pas au moment même des douleurs , Lorsque vous avez vos règles et que vous sentez les douleurs venir, plongez vous dans un grand bain chaud et restez-y aussi longtemps que vous le désirez ! Vous constaterez que tout le temps où vous serez dans l’eau, les douleurs s’atténueront voire disparaîtront (malheureusement il n’est pas rare qu’elles reviennent en sortant du bain, mais vous savez quoi faire quand les douleurs deviennent insupportables).  »

La menstruation : qu’est-ce-que c’est ?

la menstuation est un Phénomène physiologique caractérisé par un écoulement sanguin périodique d’origine utérine, se produisant chez la femme lorsqu’il n’y a pas eu fécondation, de la puberté à la ménopause. 2. Phénomène physiologique qui correspond à la desquamation de la couche superficielle de l’endomètre due à des phénomènes vasculaires locaux en rapport avec la cessation du fonctionnement du corps jaune.

Pourquoi une femme a-t-elle ces saignements chaque mois?

Chaque mois, l’organisme d’une femme passe par un cycle, ou processus, de préparation à la grossesse C’est ce que l’on appelle le cycle menstruel. La femme ne peut tomber enceint que certains des jours de ce cycle. Si elle ne tombe pas enceinte, cela déclenche le saignement mensuel, et le processus se répète. Cependant si la femme tombe enceinte, ces règles s’interrompent. Les hormones de la femme déclenchent la croissance de quelques ovules, dont un est déposé dans une des trompes attachées à son utérus (Cf. tableau, p. 3). Il faut à l’ovule plusieurs jours pour se déplacer le long de la trompe jusqu’à l’utérus. Pendant cette période, le tissu utérin s’épaissit et se prépare à recevoir un ovule qui aurait été fécondé par un spermatozoïde après des rapports sexuels vaginaux. Si un spermatozoïde arrive à la trompe au bon moment et s’attache à l’ovule, l’ovule fécondé s’accroche alors au tissu utérin, et la femme est enceinte. Si l’ovule n’est pas fécondé par un spermatozoïde, l’ovule se désintègre et l’utérus expulse le tissu épaissi dont il n’aura pas besoin ce mois-ci. Le tissu utérin quitte le corps par la voie vaginal

Combien de temps durent les règles ?

Généralement entre deux et sept jours, souvent aux environs de cinq jours.

Les règles sont-elles dangereuses pour la santé d’une femme ?

« Les douleurs de règles sont connues de plus de 50% des femmes, bien souvent négligées elles sont pourtant très douloureuses et envahissantes : des douleurs irradiants le bas du ventre, le bas du dos et parfois l’intérieur des cuisses, des nausées, des vomissements, des vertiges et maux de tête, les règles en deviennent redoutées ! Mine de rien ces douleurs également appelées dysménorrhées sont responsables chez les femmes en souffrant, d’un handicape important puisque, chaque mois, cela recommence il faut rester allonger à la maison, donc pas d’école, pas de travail, et pas de loisir… Cela devient vite difficile à vivre En réalité il n’y a pas de traitement permettant de les supprimer une bonne foi pour toutes, mais il y a quelques petites astuces à connaître apaisant les douleurs et permettant de vivre la période des règles plus sereinement. Pour ce qui est du traitement, il se réduit à la prise de comprimés anti-inflammatoires, anti-spasmodiques ou analgésiques permettant d’inhiber les contractions de l’utérus et de soulager les douleurs. Pourtant ces comprimés ne sont pas anodins, pris régulièrement ils abîment l’estomac, de plus le corps fini par s’y habituer, les comprimés n’ont donc plus autant d’effet et il faut en prendre plus : votre estomac ne vous le pardonnera pas.comme Certains médecins préconisent la prise de la pilule contraceptive pour lutter contre la dysménorrhée, et il est vrai que la pilule peut, chez certaines femmes, atténuer considérablement les douleurs de règles, malheureusement cela ne fonctionne pas pour toutes Mais avant de vous précipitez sur ces comprimés en tout genre, qui, il faut l’avouer sont parfois la seule chance de salut face à des douleurs insupportables, peuvent parfois être évités, ou pris en moindre quantité , Tout d’abord il a été prouvé que pratiquer un sport régulièrement pouvait, à terme, atténuer fortement les douleurs de règles, nous ne parlons pas forcément de footing ou autre sport rimant avec souffrance, mais de simples exercices alliants étirements et assouplissements, pratiqués régulièrement et, pourquoi pas au moment même des douleurs , Lorsque vous avez vos règles et que vous sentez les douleurs venir, plongez vous dans un grand bain chaud et restez-y aussi longtemps que vous le désirez ! Vous constaterez que tout le temps où vous serez dans l’eau, les douleurs s’atténueront voire disparaîtront (malheureusement il n’est pas rare qu’elles reviennent en sortant du bain, mais vous savez quoi faire quand les douleurs deviennent insupportables).  »

Comment compte-t-on le nombre de jours d’un cycle menstruel ?

Un cycle menstruel commence le premier jour des règles. Le dernier jour du cycle menstruel est le jour avant le début des règles suivantes. Exemple, si les règles commencent le 1er juillet, qui est le premier jour du cycle, les règles suivantes commenceront le 29 juillet si la femme a cycle régulier de 28 jours

Pourquoi une femme doit-elle observer la durée de ses cycles menstruels

« Une femme qui observe l’évolution de son cycle menstruel sait quand attendre ses règles suivantes. Le manque de régularité peut être une indication de la présence d’un problème de santé, auquel cas la femme doit obtenir les soins nécessaires. Par ailleurs, le suivi du nombre de jours par cycle est une des conditions de l’utilisation de la Standard Days Method®, l’une des méthodes de planifi cation familiale basées sur la sensibilisation à la fécondité. Une femme qui connaît la durée de ses cycles menstruels et qui souhaite tomber enceinte saura plus facilement identifi er les jours les plus propices à une grossesse »

A quel âge les filles commencent-elles généralement à avoir leurs règles ?

« Une fillette commence généralement à avoir ses règles entre l’âge de 11 et 16 ans, le plus souvent entre 12 et 13 ans. Avec l’amélioration des conditions socioéconomiques et de la nutrition, l’âge auquel une fi lle a ses premières règles a peu à peu diminué : dans certaines régions du monde, il n’est pas rare que les fi llettes soient réglées avant leur onzième anniversaire »

Qu’est qui explique qu’une émotion peut empêcher la venue des règles?

La santé reproductive est conditionnée par le mental. Une émotion forte, un chagrin, une joie, une angoisse peuvent se ressentir sur les organes de la femme et empêcher leur fonctionnement régulier.

Comment une fille sait-elle qu’elle va commencer à avoir ses règles ?

Il est impossible pour une fille de savoir avec certitude à quel moment elle va commencer à être réglée. Mais, sespremières règles surviennent environ un an après que ses seins aient commencé à se développer et que les poils de sa partie génitale soit devenu épaisse et plus foncée.

Les cycles des adolescentes et des femmes adultes ont-ils des durées différentes ?

 » La durée du cycle des adolescentes varie davantage que celle des femmes adultes, en particulier au cours des deux ou trois premières années. Les cycles deviennent plus réguliers au fi l du temps. Chez les adolescentes, ils durent entre 21 et 45 jours. Chez les femmes adultes, le plus souvent ils oscillent entre 24et 35 jours. Les saignements menstruels chez les adolescentes durent normalement entre deux et sept jours, tout comme chez les femmes adulte »

Pourquoi les femmes cessent-elles d’avoir leurs règles pendant leurs grossesses ?

 » La plupart des femmes cessent d’avoir leurs règles—c’est à dire qu’elles arrivent à la ménopause entre 45 et 55 ans. Une femme est considérée comme ayant atteint la ménopause et ne pouvant plus tomber enceinte si elle n’a pas ses règles pendant 12 mois sans autre cause biologique possible  »

Qu’est ce qui empêche les règles de recommencer chez les femmes qui allaitent ?

 » Tout de suite après l’accouchement, le corps de la femme produit une hormone qui envoie à ses seins le signal de produire du lait pour le bébé. Par ailleurs, cette même hormone empêche la production d’autres hormones qui provoqueraient l’expulsion d’un ovule par l’ovaire. Lorsqu’une femme allaite, la tétée active par le nourrisson maintient cette hormone à un niveau élevé, ce qui empêche l’expulsion d’ovules. Lorsque l’enfant cesse de téter de manière aussi fréquente, les cycles menstruels reviennent rapidement—et avec eux la possibilité d’une nouvelle grossesse. Le temps nécessaire pour la reprise des règles est impossible à prédire, et il varie d’une femme à une autre. Tout dépend de la fréquence et de l’intensité de son allaitement, de son âge et du nombre d’enfants qu’elle a, ainsi que des différences biologiques entre les femme  »

À quel moment les femmes cessent-elles complètement d’avoir leurs règles ?

 » La plupart des femmes cessent d’avoir leurs règles c’est à dire qu’elles arrivent à la ménopause entre 45 et 55 ans. Une femme est considérée comme ayant atteint la ménopause et ne pouvant plus tomber enceinte si elle n’a pas ses règles pendant 12 mois sans autre cause biologique possible. »

Pourquoi la ménopause se produit-elle et combien de temps dure t’elle ?

La ménopause est une étape naturelle de l’avancée en âge. Les ovaires cessent progressivement de fonctionner et d’expulser des ovules, et les règles s’arrêtent. La transition à la ménopause se produit au moment où certains changements hormonaux surviennent dans l’organisme. Ces changements sont à l’origine de l’irrégularité des cycles menstruels, les saignements durent plus ou moins longtemps et la durée des cycles change. Le passage à la ménopause, du moment où les cycles deviennent irréguliers jusqu’aux dernières règles, prend en moyenne quatre ans

Avec quelle fréquence doit-on changer les protections menstruelles ?

les quatre à huit heures. Les godets menstruels réutilisables doivent être vidés deux à quatre fois par jour, puis stérilisés en les plaçant dans de l’eau bouillante pendant environ cinq minutes. Les godets jetables peuvent être portés jusqu’à 12 heures puis ils doivent être jetés

Qu’est ce qui explique l’irrégularité de mes règles?

Les règles sont souvent irrégulières au cours de l’adolescence. Elles peuvent être avancées, le cycle étant alors plus court ou retardées, le cycle est alors plus long. C’est un phénomène fréquent et peu inquiétant dans les années qui suivent la puberté. À l’adolescence, avoir des règles irrégulières n’a rien d’anormal puisqu’il faut parfois 1 à 2 ans pour que les règles soient régulières. Mais ce qui se passe aussi, c’est qu’une adolescente aux règles irrégulières peut très bien tomber enceinte à la suite d’un rapport sexuel. C’est pourquoi, en cas de rapport sexuel sans contraception comme la pilule , ou les préservatif , des règles qui ne viennent pas à l’heure doivent obligatoirement inquiéter : en fait de règles irrégulières, il s’agit alors d’un retard de règles. Dans le cas contraire (absence de rapport sexuels, ou contraception efficace), inutile de s’inquiéter avant deux ou trois mois. La disparition des règles sur une courte période n’est ni nocive ni inquiétante. Les règles, via les hormones, sont sous la dépendance indirecte du cerveau : un déménagement, un voyage, un décalage horaire, un choc psychologique, un stress important, voire une simple contrariété, tout cela peut retarder leur apparition. L’irrégularité des règles se juge donc sur la durée. On considère que les règles sont irrégulières lorsque l’espacement entre les règles excède plus de 6 à 8 semaines. Au delà de 3 mois, il s’agit d’une aménorrhée

Les règles sont-elles douloureuses?

« Les douleurs de règles sont connues de plus de 50% des femmes, bien souvent négligées elles sont pourtant très douloureuses et envahissantes : des douleurs irradiants le bas du ventre, le bas du dos et parfois l’intérieur des cuisses, des nausées, des vomissements, des vertiges et maux de tête, les règles en deviennent redoutées ! Mine de rien ces douleurs également appelées dysménorrhées sont responsables chez les femmes en souffrant, d’un handicape important puisque, chaque mois, cela recommence il faut rester allonger à la maison, donc pas d’école, pas de travail, et pas de loisir… Cela devient vite difficile à vivre En réalité il n’y a pas de traitement permettant de les supprimer une bonne foi pour toutes, mais il y a quelques petites astuces à connaître apaisant les douleurs et permettant de vivre la période des règles plus sereinement. Pour ce qui est du traitement, il se réduit à la prise de comprimés anti-inflammatoires, anti-spasmodiques ou analgésiques permettant d’inhiber les contractions de l’utérus et de soulager les douleurs. Pourtant ces comprimés ne sont pas anodins, pris régulièrement ils abîment l’estomac, de plus le corps fini par s’y habituer, les comprimés n’ont donc plus autant d’effet et il faut en prendre plus : votre estomac ne vous le pardonnera pas.comme Certains médecins préconisent la prise de la pilule contraceptive pour lutter contre la dysménorrhée, et il est vrai que la pilule peut, chez certaines femmes, atténuer considérablement les douleurs de règles, malheureusement cela ne fonctionne pas pour toutes Mais avant de vous précipitez sur ces comprimés en tout genre, qui, il faut l’avouer sont parfois la seule chance de salut face à des douleurs insupportables, peuvent parfois être évités, ou pris en moindre quantité , Tout d’abord il a été prouvé que pratiquer un sport régulièrement pouvait, à terme, atténuer fortement les douleurs de règles, nous ne parlons pas forcément de footing ou autre sport rimant avec souffrance, mais de simples exercices alliants étirements et assouplissements, pratiqués régulièrement et, pourquoi pas au moment même des douleurs , Lorsque vous avez vos règles et que vous sentez les douleurs venir, plongez vous dans un grand bain chaud et restez-y aussi longtemps que vous le désirez ! Vous constaterez que tout le temps où vous serez dans l’eau, les douleurs s’atténueront voire disparaîtront (malheureusement il n’est pas rare qu’elles reviennent en sortant du bain, mais vous savez quoi faire quand les douleurs deviennent insupportables).  »

La menstruation : qu’est-ce-que c’est ?

la menstuation est un Phénomène physiologique caractérisé par un écoulement sanguin périodique d’origine utérine, se produisant chez la femme lorsqu’il n’y a pas eu fécondation, de la puberté à la ménopause. 2. Phénomène physiologique qui correspond à la desquamation de la couche superficielle de l’endomètre due à des phénomènes vasculaires locaux en rapport avec la cessation du fonctionnement du corps jaune.

Pourquoi une femme a-t-elle ces saignements chaque mois?

Chaque mois, l’organisme d’une femme passe par un cycle, ou processus, de préparation à la grossesse C’est ce que l’on appelle le cycle menstruel. La femme ne peut tomber enceint que certains des jours de ce cycle. Si elle ne tombe pas enceinte, cela déclenche le saignement mensuel, et le processus se répète. Cependant si la femme tombe enceinte, ces règles s’interrompent. Les hormones de la femme déclenchent la croissance de quelques ovules, dont un est déposé dans une des trompes attachées à son utérus (Cf. tableau, p. 3). Il faut à l’ovule plusieurs jours pour se déplacer le long de la trompe jusqu’à l’utérus. Pendant cette période, le tissu utérin s’épaissit et se prépare à recevoir un ovule qui aurait été fécondé par un spermatozoïde après des rapports sexuels vaginaux. Si un spermatozoïde arrive à la trompe au bon moment et s’attache à l’ovule, l’ovule fécondé s’accroche alors au tissu utérin, et la femme est enceinte. Si l’ovule n’est pas fécondé par un spermatozoïde, l’ovule se désintègre et l’utérus expulse le tissu épaissi dont il n’aura pas besoin ce mois-ci. Le tissu utérin quitte le corps par la voie vaginal

Combien de temps durent les règles ?

Généralement entre deux et sept jours, souvent aux environs de cinq jours.

Les règles sont-elles dangereuses pour la santé d’une femme ?

« Les douleurs de règles sont connues de plus de 50% des femmes, bien souvent négligées elles sont pourtant très douloureuses et envahissantes : des douleurs irradiants le bas du ventre, le bas du dos et parfois l’intérieur des cuisses, des nausées, des vomissements, des vertiges et maux de tête, les règles en deviennent redoutées ! Mine de rien ces douleurs également appelées dysménorrhées sont responsables chez les femmes en souffrant, d’un handicape important puisque, chaque mois, cela recommence il faut rester allonger à la maison, donc pas d’école, pas de travail, et pas de loisir… Cela devient vite difficile à vivre En réalité il n’y a pas de traitement permettant de les supprimer une bonne foi pour toutes, mais il y a quelques petites astuces à connaître apaisant les douleurs et permettant de vivre la période des règles plus sereinement. Pour ce qui est du traitement, il se réduit à la prise de comprimés anti-inflammatoires, anti-spasmodiques ou analgésiques permettant d’inhiber les contractions de l’utérus et de soulager les douleurs. Pourtant ces comprimés ne sont pas anodins, pris régulièrement ils abîment l’estomac, de plus le corps fini par s’y habituer, les comprimés n’ont donc plus autant d’effet et il faut en prendre plus : votre estomac ne vous le pardonnera pas.comme Certains médecins préconisent la prise de la pilule contraceptive pour lutter contre la dysménorrhée, et il est vrai que la pilule peut, chez certaines femmes, atténuer considérablement les douleurs de règles, malheureusement cela ne fonctionne pas pour toutes Mais avant de vous précipitez sur ces comprimés en tout genre, qui, il faut l’avouer sont parfois la seule chance de salut face à des douleurs insupportables, peuvent parfois être évités, ou pris en moindre quantité , Tout d’abord il a été prouvé que pratiquer un sport régulièrement pouvait, à terme, atténuer fortement les douleurs de règles, nous ne parlons pas forcément de footing ou autre sport rimant avec souffrance, mais de simples exercices alliants étirements et assouplissements, pratiqués régulièrement et, pourquoi pas au moment même des douleurs , Lorsque vous avez vos règles et que vous sentez les douleurs venir, plongez vous dans un grand bain chaud et restez-y aussi longtemps que vous le désirez ! Vous constaterez que tout le temps où vous serez dans l’eau, les douleurs s’atténueront voire disparaîtront (malheureusement il n’est pas rare qu’elles reviennent en sortant du bain, mais vous savez quoi faire quand les douleurs deviennent insupportables).  »

Comment compte-t-on le nombre de jours d’un cycle menstruel ?

Un cycle menstruel commence le premier jour des règles. Le dernier jour du cycle menstruel est le jour avant le début des règles suivantes. Exemple, si les règles commencent le 1er juillet, qui est le premier jour du cycle, les règles suivantes commenceront le 29 juillet si la femme a cycle régulier de 28 jours

Pourquoi une femme doit-elle observer la durée de ses cycles menstruels

« Une femme qui observe l’évolution de son cycle menstruel sait quand attendre ses règles suivantes. Le manque de régularité peut être une indication de la présence d’un problème de santé, auquel cas la femme doit obtenir les soins nécessaires. Par ailleurs, le suivi du nombre de jours par cycle est une des conditions de l’utilisation de la Standard Days Method®, l’une des méthodes de planifi cation familiale basées sur la sensibilisation à la fécondité. Une femme qui connaît la durée de ses cycles menstruels et qui souhaite tomber enceinte saura plus facilement identifi er les jours les plus propices à une grossesse »

A quel âge les filles commencent-elles généralement à avoir leurs règles ?

« Une fillette commence généralement à avoir ses règles entre l’âge de 11 et 16 ans, le plus souvent entre 12 et 13 ans. Avec l’amélioration des conditions socioéconomiques et de la nutrition, l’âge auquel une fi lle a ses premières règles a peu à peu diminué : dans certaines régions du monde, il n’est pas rare que les fi llettes soient réglées avant leur onzième anniversaire »

Qu’est qui explique qu’une émotion peut empêcher la venue des règles?

La santé reproductive est conditionnée par le mental. Une émotion forte, un chagrin, une joie, une angoisse peuvent se ressentir sur les organes de la femme et empêcher leur fonctionnement régulier.

Comment une fille sait-elle qu’elle va commencer à avoir ses règles ?

Il est impossible pour une fille de savoir avec certitude à quel moment elle va commencer à être réglée. Mais, sespremières règles surviennent environ un an après que ses seins aient commencé à se développer et que les poils de sa partie génitale soit devenu épaisse et plus foncée.

Les cycles des adolescentes et des femmes adultes ont-ils des durées différentes ?

 » La durée du cycle des adolescentes varie davantage que celle des femmes adultes, en particulier au cours des deux ou trois premières années. Les cycles deviennent plus réguliers au fi l du temps. Chez les adolescentes, ils durent entre 21 et 45 jours. Chez les femmes adultes, le plus souvent ils oscillent entre 24et 35 jours. Les saignements menstruels chez les adolescentes durent normalement entre deux et sept jours, tout comme chez les femmes adulte »

Pourquoi les femmes cessent-elles d’avoir leurs règles pendant leurs grossesses ?

 » La plupart des femmes cessent d’avoir leurs règles—c’est à dire qu’elles arrivent à la ménopause entre 45 et 55 ans. Une femme est considérée comme ayant atteint la ménopause et ne pouvant plus tomber enceinte si elle n’a pas ses règles pendant 12 mois sans autre cause biologique possible  »

Qu’est ce qui empêche les règles de recommencer chez les femmes qui allaitent ?

 » Tout de suite après l’accouchement, le corps de la femme produit une hormone qui envoie à ses seins le signal de produire du lait pour le bébé. Par ailleurs, cette même hormone empêche la production d’autres hormones qui provoqueraient l’expulsion d’un ovule par l’ovaire. Lorsqu’une femme allaite, la tétée active par le nourrisson maintient cette hormone à un niveau élevé, ce qui empêche l’expulsion d’ovules. Lorsque l’enfant cesse de téter de manière aussi fréquente, les cycles menstruels reviennent rapidement—et avec eux la possibilité d’une nouvelle grossesse. Le temps nécessaire pour la reprise des règles est impossible à prédire, et il varie d’une femme à une autre. Tout dépend de la fréquence et de l’intensité de son allaitement, de son âge et du nombre d’enfants qu’elle a, ainsi que des différences biologiques entre les femme  »

À quel moment les femmes cessent-elles complètement d’avoir leurs règles ?

 » La plupart des femmes cessent d’avoir leurs règles c’est à dire qu’elles arrivent à la ménopause entre 45 et 55 ans. Une femme est considérée comme ayant atteint la ménopause et ne pouvant plus tomber enceinte si elle n’a pas ses règles pendant 12 mois sans autre cause biologique possible. »

Pourquoi la ménopause se produit-elle et combien de temps dure t’elle ?

La ménopause est une étape naturelle de l’avancée en âge. Les ovaires cessent progressivement de fonctionner et d’expulser des ovules, et les règles s’arrêtent. La transition à la ménopause se produit au moment où certains changements hormonaux surviennent dans l’organisme. Ces changements sont à l’origine de l’irrégularité des cycles menstruels, les saignements durent plus ou moins longtemps et la durée des cycles change. Le passage à la ménopause, du moment où les cycles deviennent irréguliers jusqu’aux dernières règles, prend en moyenne quatre ans

Avec quelle fréquence doit-on changer les protections menstruelles ?

les quatre à huit heures. Les godets menstruels réutilisables doivent être vidés deux à quatre fois par jour, puis stérilisés en les plaçant dans de l’eau bouillante pendant environ cinq minutes. Les godets jetables peuvent être portés jusqu’à 12 heures puis ils doivent être jetés

La plannification familiale

Je prends la pilule depuis deux ans on m’a dit que le produit s’accumule dans le ventre et peut me rendre malade. Dois-je abandonner?

la pilule est un médicament comme un autre. Les éléments qu’elle contient sont absorbés par le corps humain, ils ne s’accumulent pas, consulte le médecin ou le centre de santé le plus proche de toi où tu seras assisté dans le choix d’une autre méthode de contraception si tu le désires.

Qu’est ce qu’une méthode de planification familiale?

La planification des naissances est importante de nos jours et les différentes méthodes de contraception permettent aux couples de choisir le moment désiré pour avoir un enfant. Il existe plusieurs moyens de contraception d’efficacité différentes: Les méthodes chimiques, Les méthodes physiques, Les méthodes chirurgicales et Les méthodes naturelles.

J’ai entendu dire que les méthodes de planification familiale rendent la femme stérile. J’ai peur d’en utiliser une

Les méthodes de planification familiale empêchent une grossesse mais ne rendent pas stériles, elles sont temporaires et peuvent être arrêtées dès que la femme le désire. Pour amples informations, rend toi au centre de planification familiale où on t’indiquera la méthode la plus adaptée

Est ce que les méthodes de planification familiale sont dangereuses?

Non, ces méthodes ne présentent aucun danger si les conditions d’utilisation sont respectées et prescrites par un personnel de santé

La masturbation H/F

Quelqu’un qui se masturbe beaucoup devient un obsédé sexuel?

L a masturbation n’entraine pas l’obsession sexuelle, c’est une réponse à une envie sexuelle, permet de se libérer de la tension sexuelle mais elle ne doit pas être pratiquée de façon excessive car elle devient maladive lorsqu’elle est privilégiée à l’acte sexuel

Est-ce que seuls les hommes se masturbent?

Aussi bien les hommes que les femmes peuvent pratiquer la masturbation

Est-ce que la masturbation rend fou?

La masturbation en elle-même n’a des conséquences sur la santé mentale que lorqu’elle devient une obsession

Que signifie masturber?

la masturbation, ce sont des caresses (souvent par va -et-vient, frottement, pression…) au niveau des parties genitales (pénis du garçon, vagin ou clitoris de la fille) qui procurent de plaisir ou un orgasme. La masturbation prut s’accompagner d’éjaculation chez le garçon à partir de la puberté et de sécrétions chez la fille. les caresses sont souvent accompagnées d’images ou de scénes érotiques qui défilent dans la tête. cette pratique sexuelle solitaire ou en couple est assez fréquente et peut contribuer à l’apprentissage du plaisir.

Sexualité (Divers)

Comment peut-on être responsable de sa sexualité, on y peut rien c’est le corps qui parle?

C’est normal d’avoir une envie sexuel mais tu dois réfléchir avant d’agir et avoir un comportement responsable. L’abstinence, la fidélité ou l’usage du préservatif lors d’un rapport sexuel sont des moyens pour éviter une grossesse non désirée, l’infection à VIH et autres infections sexuellement transmissibles

J’ai un copain, je l’aime, je dois avoir des rapports sexuels avec lui?

l’amour pour certains, c’est un sentiment profond et incontrolable qui remplit de bonheur. L’amour se manifeste par une très forte envie d’être ensemble et parfois de tristesse lorsque l’être aimé est absent.l’amour,c’est l’envie de donner, de recevoir, de faire découvrir , de partager. c’est parfois un désir tros possessif de l’autre, champ privilégié pour le développement de la jalousie. l’amour est parfois bien caché(bcp ont du mal à le montrer) mais il suffit de peu de chose pour qu’il s’exprime. en attendant d’être amoureux, peut-être est-il important de s’accepter et de s’aimer soi-même !

Tous les jeunes que je connais ont des rapports avec des filles ou des femmes, pourquoi pas moi? Est-ce que moi je ne devrais pas?

L’envie sexuelle existe chez tout le monde, mais il est nécessaire de respecter nos valeurs religieuses, et prendre soin de sa santé pour éviter les infections aux IST, au VIH et les grossesses en dehors du mariage.

La taille de mon pénis n’est pas grande, pourrais-je avoir des rapports avec une femme et la satisfaire?

il y a de nombreuses façons de faire l’amour et à chacun de découvrir ce qui lui convient le mieux pour satisfaire. Cela peut prendre la forme de nombreuses caresses sur tout le corps, des baisers tendres, de stimulations et parfois de pénétration. L’important, c ‘est d’en avoir envie et de se sentir prêt. les limites étant le désir, le respect de l’autre et …. vos immagination! faire l’amour, c’est souvent une façon d’exprimer à l’autre ses sentiments, vous êtes attirés l’un l’autre et décicés, quand vous serez prêts, à partager votre tendresse et votre corps.

J’ai un pénis qui mesure 15 cm en érection, est ce que je suis normal ?

Les études réalisées montrent que la taille moyenne du pénis est de 7 à 11 cm au repos et de 10 à 20 cm en érection. La moyenne mondiale étant de 14 cm. Mais il n’existe pas de rapport entre la taille au repos et la taille en érection. Le pénis augmente de taille au début de la puberté pour obtenir sa taille définitive à la fin de la puberté, soit vers 17 ans chez les mecs !

C’est quoi l’érection ?

L’érection, c’est quand le pénis se gorge de sang, se gonfle et devient rigide. Elle se produit après une excitation sexuelle. Les corps érectiles qui le constituent peuvent jouer le rôle d’une éponge. Leurs alvéoles se dilatent, provoquant une aspiration qui attire le sang. Le sexe se gonfle et durcit.

Je ne bande pas, je stress, est-ce que je suis malade ?

On peut avoir un trouble d’érection suite au stress, à la fatigue, à la consommation importante de tabac, d’alcool, de drogues, ou de certains médicaments, prière d’aller vers le centre de santé le plus proche pour te faire aider

Je mouille mon caleçon le soir, je ne comprends ce qui m’arrive.

C’est une éjaculation de sperme ou de liquide séminale causée par une éxcitation provoquée par le rêve, et on peut ainsi mouiller le caleçon.

Est-ce que les préliminaires sont aussi importants ? Pourtant je ne suis en érection qu’à l’acte sexuel

« pour la fille : Cela sert à préparer son corps pour cette pénétration. Et son corps est prêt quand elle éprouve suffisamment de désir pour que son vagin soit très mouillé très allongé et très souple. Ainsi il pourra s’ouvrir facilement. Elle se sentira excitée et disponible. Une fille a besoin de préliminaires qui durent trois fois plus longtemps qu’un garçon. C’est comme ça ! Un mec qui veut être un bon amant doit le savoir sinon il ne sera vraiment pas bon !pour le garçon : Evidemment lors de la pénétration, le corps du garçon doit aussi être prêt et son sexe en érection. Mais ça se fait vite. Alors les préliminaires, c’est utile différemment : ils servent plutôt à ouvrir son corps au plaisir. Car l’excitation a chez lui tendance à être super forte, super concentrée sur son sexe. S’il va droit au but, il va éjaculer en quelques secondes. S’il prend son temps avant, l’excitation, le plaisir va se répandre dans son corps tout entier. Et quand il fera l’amour, ça durera nettement plus longtemps et il aura beaucoup plus de plaisir. C’est tout bénéfice ! »

Pourquoi après l’éjaculation nous sommes fatigués, et le pénis devient mou ?

la fatigue après l’éjaculation s’expliquer par l‘effort donner lors du rapport. Et le pénis devient mou car il était en érection lors du rapport sexuel, donc c’est normal que ça soit ainsi juste après

J’ai un testicule plus haut que l’autre, c’est normal ?

les testicules produisent des spermatozoîdes en forme de tétards microscopiques, ils sont contenus dans un sac mou, les bourses ou les scrotum. Les bourses permettent au sperme de rester à une temperature inférieure à celle du reste du corps(37°C) trop élevée pour la conservation des spermatozoîdes, un testicule peu etre souvent un peu plus bas que l’autre .

Quand je tousse, les testicules remontent vers le haut, est ce que c’est grave?

Les testicules sont enveloppés par des bourses, ils bougent mais ne doivent pas remonter vers le bassin pendant une longue durée.

Je porte des caleçons serrés est-ce que c’est dangereux pour mes testicules ?

Les testicules doivent être à une température moins de 37 degrés pour ne pas altérer la production des spermatozoides.

Sida / VIH

Qu’est-ce que le SIDA ?

Le syndrome de l’immunodéficience acquise, plus connu sous son acronyme SIDA (en anglais : AIDS, acronyme d’Acquired Immune Deficiency Syndrome), est un ensemble de symptômes consécutifs à la destruction de plusieurs cellules du système immunitaire par un rétrovirus. Le sida est le dernier stade de l’infection par ce virus et finit par la mort de l’organisme infecté, des suites des infections opportunistes. Le SIDA est devenu une maladie chronique grâce au traitement antirétroviraux (ARV) connu sous le nom de la trothérapie.On ne parle plus de personne sidatique mais de « personne vivante avec le SIDA ».

Que veut dire le VIH ?

« Le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) est un rétrovirus infectant que l’être humain et responsable du syndrome d’immunodéficience acquise (sida), qui est un état affaibli du système immunitaire le rendant vulnérable à de multiples infections opportunistes. Bien qu’il existe des traitements antirétroviraux luttant contre le VIH et retardant par conséquent l’apparition du sida, réduisant ainsi la mortalité et la morbidité, il n’existe à l’heure actuelle aucun vaccin ou traitement définitif. La prévention, qui passe notamment par les rapports sexuels protégés, l’utilisation d’un préservatif, l’autilisation de matériel tranchant personnel ou stérilisé, et la connaissance de son statut sérologique surtout pour les femmes enceintes afin de minimiser la contamination lors de l’accouchement et et interdire l’allaitement en cas de séropositivité de la mère, est le moyen de lutte le plus efficace. »

Que veut dire SIDA ?

Le syndrome de l’immunodéficience acquise, plus connu sous son acronyme SIDA (en anglais : AIDS, acronyme d’Acquired Immune Deficiency Syndrome), est un ensemble de symptômes consécutifs à la destruction de plusieurs cellules du système immunitaire par un rétrovirus. Le sida est le dernier stade de l’infection par ce virus et finit par la mort de l’organisme infecté, des suites des infections opportunistes. Le SIDA est devenu une maladie chronique grâce au traitement antirétroviraux (ARV) connu sous le nom de la trothérapie.On ne parle plus de personne sidatique mais de « personne vivante avec le SIDA ».

Qu’est-ce que l’immunité ?

« Le système immunitaire d’un organisme est un ensemble coordonné d’éléments de reconnaissance et de défense qui discrimine le « soi » du « non-soi ». Ce qui est reconnu comme non-soi est détruit, comme les pathogènes : virus, bactéries, parasites, certaines particules ou molécules « étrangères ». L’immunité est un mécanisme ayant pour but de prendre en charge la défense de l’organisme contre les éléments étrangers (et plus particulièrement les agents infectieux comme les bactéries, les virus ou les parasites) à cet organisme. Outre la première barrière constituée par la peau et les muqueuses, un ensemble de mécanismes protège le corps de toute invasion pathogène. Il met en jeu une armada de cellules, les leucocytes, plus connus sous leur nom de globules blancs. Voyageant dans le sang, la lymphe, les organes lymphoïdes (ganglions, rate, amygdale) et de nombreux tissus, ces cellules sont produites dans la moelle osseuse par des cellules souches. Les adultes en bonne santé en possèdent entre 4 milliards et 11 milliards par litre de sang, nombre qui augmente en cas d’infection ou de réaction inflammatoire. Tous les leucocytes ne se ressemblent pas et n’ont pas les mêmes rôles. Certains, les lymphocytes B (sur l’image), appartiennent au système immunitaire humoral, gardien des liquides de l’organisme, comme le sang. D’autres, comme les macrophages, les lymphocytes T et NK, font partie du système immunitaire cellulaire, à l’action ciblée sur les cellules infectées.  »

Est – ce que la salive contient le VIH ?

La salive d’une personne vivante avec le VIH contient une quantité très minime du virus, mais elle ne peut pas être contaminante.

Comment se transmet le virus du SIDA ?

Le VIH se transmet par tout acte sexuel non protégé par un préservatif avec une personne séropositive sauf le baiser. Le VIH se transmet aussi par l’exposition au sang contaminé par le virus du VIH à condition d’avoir une plaie et l’utilisation d’un matériel tranchant souillé par un sang contaminé. Une femme porteuse du virus VIH peut en cas de grossessse, transmettre le VIH à son enfant. Mais elle le transmet en cas d’allaitement.

Le virus se transmet-il par les gestes de la vie courante ?

Non, il ne se transmet pas par : l’usage collectif des toilettes, des douches ou hammams, piscines ; toux ou éternuements; visites aux personnes vivantes avec le VIH, l’usage des moyens de transport public ; les piqûres d’insectes ; le partage des vêtements, des aliments ou matériel de cuisine.

Quels sont les gens les plus vulnérables à l’infection à « VIH » ?

La population la plus active sexuellement telle que les jeunes qui entamment des relations sexuelles sans protection. Les personnes qui chopent des IST fréquement sans les traiter correctement vu que les IST sont la porte d’entrée à l’infection au VIH. Les usagers de droques par voie intraveineuse

On parle de séropositif et de malade du SIDA, quelle est la différence ?

Le séropositif est une personne porteuse du virus mais qui ne présente pas les signes de la maladie du sida, qui est le stade final.Le malade du SIDA est un séropositif arrivé au stade de SIDA maladie par effondrement de son système immunitaire entraînant les signes suivants : altération de l’état général, amaigrissement important, diarrhée chronique, fièvre au long cours, infections diffuses opportunistes, cancers diffus.

 

Les IST

Qu’est-ce qu’une IST ?

Une infection sexuellement transmissible (IST) est une maladie infectieuse qui se transmet entre partenaires au cours de différentes formes de rapports sexuels : contacts génitaux ou sanguins, rapports oraux, vaginaux ou anaux (muqueuses et fluides corporels).

Quelle est la cause des IST

« Bien que la probabilité de transmission des maladies par l’activité sexuelle varie grandement d’une pathologie à l’autre, en général un rapport sexuel peut être considéré comme risqué dans les deux sens : celui de transmettre au partenaire, comme celui de recevoir. Les professionnels de la santé conseillent des rapports protégés par préservatifs lors de relations sexuelles avec des personnes potentiellement atteintes, ce qui constitue une méthode efficace de prévention. Au niveau d’une population, l’utilisation de préservatifs peut aider à contrôler une épidémie. Dans le cas des infections transmises par le sang, il suffit d’un contact entre son tissu sanguin et le sang contaminé d’une autre personne. »

Les conséquences des IST chez la femme enceinte ?

Une prématurité, une surdité, des atteintes cérébrales graves, la mortalité. Et chez la mère, les grossesses compliquées et la stérilité.

Conséquences de la Syphilis chez l’homme et la femme ?

  Atteintes neurologiques surtout les démences, cardiaques, osseuses et articulaires

Autre IST

Quels sont les autres IST ?

Gale, Morpions, Condylomes, Syphilis, Hépatites Virales B, Blennoragies, mycoses vaginales…

Qu’est-ce que la gale ?

La gale, scabiose ou mal de Sainte-Marie est une affection contagieuse de la peau spécifique à l’Homme, déterminée par la femelle d’un acarien microscopique (Sarcoptes scabiei) qui creuse dans l’épiderme des galeries (sillons) où elle dépose ses œufs, provoquant de vives démangeaisons nocturnes

Que sont les morpions ?

Le pou du pubis (Pthirus pubis), communément appelé morpion, est un pou suceur (sous-ordre des Anoplura). Chez l’homme, il est la cause de la phtiriase. Il diffère des poux standards (Pediculus humanus capitis ou « pou de tête » et Pediculus humanus humanus ou « pou de corps ») par sa morphologie et sa résidence. Le morpion est un petit insecte trapu, long de 2 à 3 mm ressemblant à un crabe : il possède un thorax très large portant des pattes puissantes à pseudo-pinces énormes (plus fortes que celles du pou de tête) et un abdomen court et étroit.Il se rencontre dans les régions pubienne et périanale. Ce pou se transmet en général par contact sexuel. Le pou du pubis se trouve dans les poils pubiens et parfois dans les aisselles. On peut rarement en observer au niveau des cils, de la barbe, ou même au niveau du torse pour les personnes pileuses à cet endroit. En effet, comme tous les Anoploures, les poux du pubis ne s’accrochent qu’à un type de poil déterminé en fonction du diamètre.

Que sont les condylomes ?

« Les condylomes, aussi appelés «  »verrues génitales »" peuvent se présenter comme des excroissances indolores touchant la peau ou les muqueuses des régions anale et/ou génitale. Leur aspect le plus fréquent les font surnommer crêtes de coq, mais les lésions peuvent parfois être planes et même rester non visibles à l’œil nu. Les condylomes représentent une affection de plus en plus fréquente , et se rencontrent surtout chez les jeunes[réf. nécessaire]. Cette maladie est causée par un virus (papillomavirus) dont la transmission est essentiellement sexuelle. L’humiditésemble favoriser la contagion. »

Qu’est-ce que l’hépatite B ?

« L’hépatite B est une hépatite virale due à une infection par le virus de l’hépatite B (VHB) et entrainant une inflammation du foie. Les symptômes de la maladie aiguë sont essentiellement une inflammation du foie, avec ou sans ictère et des troubles digestifs avec nausées et vomissements, à ce stade l’évolution est souvent bénigne même si l’hépatite B est la forme la plus grave des hépatites virales, mais il existe, bien que rarement, des formes fulminantes à évolution mortelle. L’infection passe souvent inaperçue lors de l’infection aigue et chez le patient porteur du virus. Dans près d’un cas sur dix, l’hépatite B aiguë ne guérit pas et devient une infection chronique. Le porteur chronique n’a pas de symptôme apparent mais est susceptible de contaminer son entourage. En cas d’hépatite chronique active, les symptômes peuvent être une fièvre modérée, une grande fatigue, des troubles digestifs (nausées, vomissements, douleurs abdominales), une jaunisse, des urines foncées ou des selles décolorées »

L’hépatite C est-elle une I.S.T. ?

« La transmission du virus de l’hépatite C (VHC) est parentérale, c’est-à-dire qu’il se transmet par voie sanguine, par contact de sang à sang. Bien que l’utilisation de drogues injectables et l’administration de sang ou de produits sanguins infectés soient les voies de transmission les plus répandues de l’infection par le VHC, toute pratique, activité, ou situation qui implique un contact de sang à sang peut potentiellement être une source d’infection par le VHC. Le virus peut se transmettre par voie sexuelle, mais cette éventualité est rare et, en général, ne se produit qu’en cas d’association avec une IST (comme le VIH) ce qui augmente la probabilité de contact avec le sang. Plusieurs activités et plusieurs pratiques ont été identifiées comme des sources potentielles d’exposition au virus de l’hépatite C. Toute personne qui peut avoir été exposée au virus de l’hépatite C dans une ou plusieurs de ces circonstances devrait subir des examens pour dépister une éventuelle hépatite C. »

Le rôle du préservatif dans la prévention à l’IST

Qu’est-ce qu’un préservatif masculin ?

Le préservatif est un étui mince et souple, imperméable au sang ainsi qu’aux sécrétions vaginales et péniennes. Nommé condom en français nord-américain, ou plus familièrement capote ou capote anglaise en français européen. Le préservatif, correctement utilisé lors d’une relation sexuelle, est le seul contraceptif qui protège également des infections sexuellement transmissibles (IST).

Existe-t-il un préservatif féminin ?

« le préservatif féminin est le pendant du préservatif masculin adapté à la morphologie de l’organe sexuel féminin. Ce dispositif est composé d’une fine gaine en polyuréthane (pour éviter les problèmes d’allergie du latex) munie d’un anneau souple à chaque extrémité. L’anneau du côté fermé se tord et se place dans le vagin alors que l’autre bout prend place à l’extérieur et recouvre les parties génitales. Au même titre que le préservatif masculin, le préservatif féminin est à la fois contraceptif et protège des Infections sexuellement transmissibles (IST). L’anneau sert alors de guide pour positionner le préservatif, ainsi que pour en favoriser le maintien lors des rapports sexuels. Une fois retiré, le préservatif féminin doit être jeté. Son utilisation doit impérativement être limitée à un seul partenaire, afin d’éviter les transmissions de virus entre deux partenaires masculins successifs.

Quels sont les critères d’efficacité du préservatif ?

Vérifier la date de péremption, l’emballage et il faut ouvrir le sachet avec les bouts des doigts (pas avec les dents ou les ongles)

Comment utiliser un préservatif

Précautions d’utilisation : il ne s’utilise qu’une seule fois ; il doit être conservé dans un endroit frais et sec ; il ne faut jamais utiliser deux préservatifs l’un sur l’autre ; il doit être enlevé de sa pochette avec les mains et non à l’aide de ciseaux ou d’ustensiles coupants sous peine de l’endommager ; il doit ensuite être manipulé avec attention en évitant le contact avec les ongles ; en cas de rapports vaginaux durant plus d’une dizaine de minutes, et en cas de rapports anaux, l’usage des gels lubrifiants, vendus entre autres en pharmacies et en grandes surfaces, est recommandé. Les corps gras (crèmes, huiles, vaseline par exemple) sont fortement déconseillés avec les préservatifs en latex car ils les rendent poreux, et donc inefficaces.

Le préservatif est-il réutilisable?

le préservatif ne s’utilise strictement qu’une seule fois par chaque rapport sexuelle.